Where no man has gone before…

« Nous devrions tous nous comporter comme des membres d’équipage, c’est-à-dire avec une responsabilité dans la conduite du vaisseau spatial Terre. »

Jean-François Clervoy symbolise ainsi le comportement que nous devrions collectivement adopter lors de son échange avec Julien Devaureix qui nous propose cette interview dans l’épisode 35 dans son (excellent !) podcast Sismique .
 

Il explique : « lorsque l’on est dans l’espace, on voit que la Terre est finie, et donc on ne devrait pas consommer chaque jour plus que ce que la nature offre chaque jour. Et dans notre vaisseau spatial c’est pareil, on n’a pas envie de manquer d’oxygène, d’eau, d’électricité avant la fin de la mission. Donc nous faisons très attention. Et nous sommes entrainés à savoir gérer notre vaisseau spatial pour ne jamais manquer de ressources jusqu’à la fin de la mission. »

 
Au fil de cette conversation passionnante Jean-François Clervoy partage avec authenticité et pédagogie sa propre expérience de l’Overview Effect et de l’importance de ramener sur Terre et diffuser ce qu’il lui a été donné de voir et ressentir. 
La puissance de notre planète Terre. La vulnérabilité et la fragilité du vivant. L’importance capitale de protéger nos océans. L’enjeu de poursuivre, raisonnablement, mais poursuivre néanmoins l’exploration spatiale.
Le pouvoir des émotions.  L’importance du grand récit.
 

« Le destin de l’humanité c’est de devenir plus sage. On devient plus sage quand on est plus connaissant. On est plus connaissant et savant quand on explore. »

 
Impact+
Jean-François Clervoy précise que le contrat de travail des astronautes prévoit 2 à 3 jour par mois en moyenne consacré à des activités de relations publiques : transmettre ou répondre aux demandes du public : école, élus, ONG, etc. pour rendre compte de leur expérience, raconter leur vécu et les enseignements pour tous.
 
Donner du temps et mettre au service de la collectivité ses compétences sont à la portée de toutes les entreprises. Vendredi propose par exemple de mettre en relation associations et organisations éligibles au mécénat de compétences, avec les entreprises volontaires pour donner la possibilité à leurs collaborateurs de s’investir autrement. Je cite cette organisation, mais il y en a d’autres !
A l’échelle d’une entreprise, ce don de temps et de compétences apporte  dynamisme et sens à des collaborateurs toujours plus engagés et fidèles, sans nuire à l’activité ou à la productivité de l’entreprise.
 
Qu’est-ce qu’on attend ?!