La démarche RSE – #5 Piloter et adapter sa gouvernance

Pour cette étape, j’aborde le pilotage de projet comme on pourrait le retrouver dans de nombreux autres projets d’entreprise. Certains termes utilisés pour désigner telle ou telle instance sembleront donc familiers voire génériques à celles et ceux déjà aguerris à ces méthodes.

Pour autant, une attention particulière à ces conseils me semble requise pour assurer une conduite de projet efficace et donner réellement corps aux objectifs sur lesquels l’organisation s’est engagée.

Quelques principes clés ont déjà été égrenés au fil de ces épisodes avec notamment la nécessité de désigner (et former !) un référent RSE, d’établir une communication claire et transparente avec tous les acteurs (dans et autour) de l’entreprise, de mobiliser et faire adhérer les équipes, de mettre en place des indicateurs de suivi, etc.

Dans cet article, j’ai souhaité mettre l’accent sur les instances clés de coordination.

 

#1 Questionner

  • Existe-t-il d’ores et déjà un comité de pilotage impliquant les différents métiers de l’entreprise autour des objectifs fixés dans la démarche RSE ?
  • Les parties prenantes sont-elles associées ?
  • Le référent RSE en assure-t-il bien la coordination ?
  • Le chef d’entreprise, l’équipe dirigeante, est-elle bien informée et associée ?
 

#2 Organiser

Schématiquement, on distingue 3 instances permettant une structuration efficace d’une gestion de projet.

Le référent RSE pilote, anime et accompagne le bon déroulement de l’ensemble de ces instances.

Il a une fonction transversale et est directement rattaché à (ou avec mandat de) la direction de l’entreprise.

Le référent RSE est un élément clé d’une stratégie RSE. Il doit avoir une bonne vision de la stratégie de l’entreprise, des qualités organisationnelles et une appétence pour la communication, la médiation et l’animation de travail en équipe.

 

#3 Mobiliser

Une stratégie de RSE ne peut être une activité complémentaire. Elle doit au contraire constituer le socle de valeurs et de principes d’action connus de tous les acteurs de l’entreprise.

Un bon pilotage par une équipe projet engagée et structurée autour d’instances aux missions claires doit donc être accompagné d’une mobilisation de l’ensemble des collaborateurs de l’entreprise.

Afin d’atteindre cet objectif, certains leviers peuvent être activés :

  • la formalisation de l’engagement de l’entreprise et sa communication évoquée lors de l’étape 3
  • la communication régulière de l’avancée de l’entreprise sur les indicateurs suivis
  • l’ouverture de canaux (intranet, newsletter, forum, etc.) permettant aux collaborateurs de poser des questions et proposer des initiatives et ainsi de s’impliquer concrètement
  • certaines organisations mettent même en place, sur la base du volontariat, des systèmes d’ambassadeurs de la RSE qui portent les sujets auprès du plus grand nombre et animent des projets « fil rouge » (tout au long de l’année) ou plus ponctuels qui mobilisent les salariés sur des actions ciblées : participation au World CleanUp Day, distribution de gourdes durables pour remplacer les plastiques à usage unique, sensibilisation aux questions du handicap, de la discrimination, etc.

Si la volonté authentique d’un chef d’entreprise et d’une équipe dirigeante de s’engager sur une démarche RSE me parait un prérequis indispensable, l’implication de l’ensemble des collaborateurs est tout aussi importante.

 

Si nous faisions tout ce dont nous sommes capables, nous nous surprendrions vraiment. 

Thomas Edison

Prochaine étape : évaluer & communiquer en externe

RDV le 7 mai